• orpea_accueil_03
  • orpea_accueil_02
  • orpea_accueil_04
  • orpea_accueil_05
  • orpea_accueil_06
  • orpea_accueil_07
  • orpea_accueil_23
  • orpea_accueil_09
  • orpea_accueil_10
  • orpea_accueil_11
  • orpea_accueil_12
  • orpea_accueil_25
  • orpea_accueil_14
  • orpea_accueil_24
  • orpea_accueil_21
  • orpea_accueil_17
  • orpea_accueil_18
  • orpea_accueil_19
  • orpea_accueil_20
  • orpea_accueil_16

Expertise Alzheimer

Recommander Imprimer

Un concept architectural dédié

L’architecture et l’agencement naturel d’une unité de vie "protégée », dédiée aux patients atteints de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés, sont des éléments actifs de la prise en charge.

Ils doivent permettre de faire vivre et cohabiter des personnes atteintes de troubles comportementaux, sans contrainte et en toute sécurité dans un lieu spécifiquement adapté, et ceci dans le respect de la dignité et du bien-être, pour eux-mêmes, mais aussi pour leurs proches ainsi que les soignants qui y travaillent.

Concept-archi-2-2Le Groupe ORPEA CLINEA a défini l’agencement de ces unités en observant les troubles des malades et en s’appuyant sur les principes directeurs suivants :

  1. Pour le malade : libre déambulation sans contrainte, accessibilité, orientation spontanée vers les lieux de vie et sa chambre par un système de repérage adapté, et surveillance permanente passive et non dirigée…
  2. Pour les familles : être rassuré de voir son proche évoluer dans une atmosphère sereine ; trouver un lieu d’écoute et partager des moments d’intimité familiale.
  3. Pour les personnels : après une formation spécifique et adaptée, travailler en toute sérénité dans un lieu ergonomique ; avoir des lieux dédiés pour les résidents agités, ainsi que des lieux plus au calme pour les activités thérapeutiques.

L’agencement des unités Alzheimer au sein des établissements du Groupe Orpea Clinea :

Au sein des maisons de retraite et des cliniques SSR du groupe, les unités protégées comprennent :

  • Concept-architecural-AlzheiUn lieu de vie constitué :
    • d’un espace de vie commune (équipé d’une cuisine thérapeutique) placé dans un endroit qui permet la surveillance passive, soit des couloirs des chambres, soit de l’entrée de l’unité.
    • d’une luminosité naturelle abondante dans l’espace de vie pendant toute la journée (et artificiellement la nuit), en contraste avec un éclairage atténué dans les couloirs des chambres (de jour comme de nuit) et ce, pour guider naturellement la déambulation vers la zone de plus forte luminosité (soit l’espace de vie) et redonner des repères dans l’alternance jour/nuit. Ce dispositif peut être complété par des décorations murales dans les zones de circulation, pour donner un mouvement vers le lieu de vie et orienter la déambulation.
    • d’une zone de déambulation sécurisée et sans entrave (prévention du risque de chute…).
  • Un jardin ou une terrasse protégé(e), accessible depuis le lieu de vie, de forme circulaire et équipé(e) de zones de repos. Des ateliers de stimulation occupationnels ou thérapeutiques (exemple : potager, jardinage…) peuvent y être organisés.
  • Des lieux plus intimes appelés salon des familles ou salon détente.
  • Des chambres individuelles équipées d’un mobilier adapté et spécifiquement créé (lit médicalisé Alzheimer, placards à système de fermeture « intelligent », appel malade sans fil, veilleuse…).
  • Un poste de soins, fermé, qui permet de surveiller les déambulations, les allées et venues, de jour comme de nuit.

L’espace Snoezelen et la balnéothérapie sont le plus souvent souvent situés à l’extérieur de l’unité, afin que tous les résidents et patients puissent en profiter.

La décoration se fait dans des tons pastels et unis, en évitant les effets miroirs.